Crédit

Crédit immobilier : emprunter après 60 ans

Vous êtes un profil recherché

Pour les établissements bancaires, vous représentez un profil sécurisant, stable, et pour la plupart déjà propriétaire d’un patrimoine.

L’espérance de vie a augmenté. Banques et assurances prennent conscience que la retraite est désormais synonyme de seconde vie, souvent dynamique. Cette dernière peut de ce fait voir fleurir des changements d’orientation et stimuler le développement de nouveaux projets.

On constate ainsi que les curseurs des conditions d’obtentions de prêt ont bougé. Aujourd’hui votre banquier peut même vous accorder un prêt courant jusqu’à l’année de vos 85 ans, sous réserve que celui-ci puisse être remboursé.

 

Plusieurs profils, plusieurs solutions 

De multiples scénarios et montages financiers s’offrent désormais aux séniors. Il est donc important de bien cerner vos besoins, selon votre profil d’acquéreur.

Êtes-vous retraités, ou en fin de vie active ? Avez-vous anticipé la baisse de vos revenus?

Avez-vous des problèmes de mobilité ?  Souhaitez-vous modifier votre logement actuel ou chercher un nouveau lieu de résidence plus adapté ?

De plus en plus de « résidences services » dédiées aux séniors voient le jour. A ne pas confondre avec des EHPAD, elles sont pensées pour favoriser l’accessibilité et apporter convivialité et sécurité à leurs résidents.

 

Les possibilités d’accompagnement

Quel que soit votre projet, l’assurance emprunteur reste la clé de voûte de votre montage.

Bonne nouvelle : depuis 2007, la convention AERAS donne accès au crédit aux personnes présentant un risque de santé. Les séniors ont profité de facto de ces conditions revues auprès des assurances emprunteurs, moyennant une surprime. Les prêts immobiliers gagnent ainsi à être adaptés. Ils garantissent des dossiers plus sûrs et des délais écourtés.

Si votre état de santé ne vous permet pas de souscrire une assurance décès, deux solutions s’offrent à vous :

  • Le prêt hypothécaire cautionné est accordé à des séniors déjà propriétaires. Sans assurance, c’est le patrimoine qui sert de garantie. Si le contractant décède, ses enfants peuvent verser le capital restant dû à la banque ou laisser celle-ci vendre le bien.

 

  • Le prêt viager hypothécaire: Scénario quasi identique pour les contractants sans enfants. Une rente est versée par la banque.  C’est au moment du décès que s’effectuera le remboursement de la rente ou du prêt avec la vente du bien immobilier.

 

D’importants écarts de prix existent au sein des différentes assurances emprunteurs. Il s’agit donc de rester vigilant et d’étudier avec soin les nombreuses possibilités de montages. Depuis le 1er janvier 2018, la loi permet aux emprunteurs de changer librement d’assurance. La concurrence engendrée a eu pour conséquence une baisse importante des tarifs.

L’accompagnement reste la meilleure option pour cibler la solution la plus adaptée et obtenir votre crédit immobilier. Conseillés par un spécialiste en assurance, vous avez la garantie de trouver une réponse ajustée dans 95% des cas.